Avion Nieuport 24 N99 1917

Nieuport 24 de l'escadrille N99.

Photo prise fin 1917 représentant le Capitaine de Richemont premier commandant de la N99

Nieuport 27 WW1 Francais
bandeau-spa-99-nieuport-spad
Nieuport 24 N99 SPA99 1917 WW1

Escadrille SPA 99

 

    L’escadrille N 99 est créée effectivement le 1er janvier 1918 à Lunéville par un dédoublement de l’escadrille N 8. Elle devient la SPA 99 en avril 1918. Avec comme insigne "Pégase", cette unité est dotée de Nieuport puis de Spad. Rattachée au GC 20 à compter du 1er mars 1918, elle est placée sur le commandement du capitaine Emile Derode (un as comptant 6 victoires) et quitte le secteur des Vosges, où elle a remporté sa 1ère victoire contre un ballon, pour Villeseneux (près de Châlons en Champagne), le 27 mai 1918. Elle y remporte 2 victoires le surlendemain mais y subit ses premières pertes au combat, dont son chef, le capitaine Derode qui tombe après avoir remporté sa 7ème victoire, le 4 juin 1918.

    L’escadrille bouge alors pour le terrain de Lormaison (Nord de Paris, Sud de Beauvais), le 10 juin. Elle y fait face aux offensives allemandes du printemps-été 1918 en Picardie, puis en Champagne, et y subit de lourdes pertes (4 tués, 1 blessé, 2 tués par accident) sans remporter la moindre victoire.

    Les pertes sont comblées avec des nouveaux pilotes venus du CIACB et l’escadrille se fixe au Plessis-Belleville le 24 juillet 1918. Elle participe aux offensives finales de l’armée française avec le GC 20 et termine la guerre avec un palmarès de 5 victoires homologuées (dont 2 ballons) et 1 probable, pour 5 tués, 3 prisonniers et 1 blessé au combat, plus 4 tués par accident. Sa dissolution intervient le 11 avril 1919.






099-spadxiii-pannejpg

SPAD XIII codé "10" de l'escadrille SPA 99, posé en panne sur le terrain de Mey-en-Multien en juin 1918 - Photo collection Marc Henoumont/Albin Denis

099-spad7jpg

Spad VII n° 3281 de l'escadrille SPA 99 au début de l'année 1918. A cette époque, l'escadrille a été stationnée à Lunéville, puis à Manoncourt-en-Vermois, deux villes de Meurthe-et-Moselle (54 ). Le pilote de cet appareil est classé n° 3 dans l'ordre opérationnel de l'unité - Photo Collection Jean-Jacques Leclercq/Albin Denis

spad-spa-99

Slt Henri Paule, pilote de l'escadrille SPA 99, présente son SPAD XIII à son père, Georges, ambulancier automobile, venu lui rendre une petite visite - Photo Roger Paule/Albin Denis

Bandeau SPA 99 Nieuport Spad